SIL International Home

Find Une enquête sociolinguistique parmi les Amdang (Mimi) du Tchad: rapport technique on the new SIL International website.

SIL Electronic Survey Reports 2010-028

Une enquête sociolinguistique parmi les Amdang (Mimi) du Tchad: rapport technique

Author  Wolf, Katharina
Abstract 

(English) From 22 November to 13 December 2004 SIL Chad conducted a sociolinguistic survey among the Amdang (Mimi) in the department of Biltine in the Northeast of Chad. The research was carried out under the auspices of the Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique and in collaboration with the Direction de Promotion des Langues Nationales (Department for the Promotion of National Languages of the Ministry of Education).

The survey sought to answer the following questions:

  • Are the Amdang a homogenous group? If not, what are the differences between those living on the plains and the mountain dwellers?
  • What are their relationships with their neighbors?
  • Is their language homogenous or are there dialects?
  • To what extent is their language being used in everyday life? Is it transmitted to the younger generations?
  • How well do the Amdang understand Chadian Arabic and other languages?
  • What is their attitude towards literacy classes? Which language would they prefer to learn to read and write?

For this purpose the researchers interviewed groups and individuals in representative villages. They also elicited and analyzed wordlists.

The people group known as Mimi call themselves Amdang. Their traditional home area is in the Northeast of Chad, in the cantons of Mimi Goz and Mimi Hadjer, Sub prefecture of Biltine, department of Biltine, in the Ouadi Fira region. Other Amdang villages are situated further South around Abéché, Goz Beïda and Adré in the Ouaddaï and the Batha regions of Chad, and in Sudan. There are also larger Amdang communities in Abéché and in N’Djaména.

In the literature there is the notion of a distinction between the Amdang who live in the canton of Mimi Goz on the plains and those who live in the canton of Mimi Hadjer in the mountains. The research did not find important cultural differences or distinctions between the Amdang of the two cantons.

The Amdang have close relationships with the Maba, but also with their other neighbors such as the Abou Charib, the Arabs, the Daza, the Tama and the Zaghawa. They intermarry and “work and live together”.

The Amdang language is homogenous, with slight differences in pronunciation among about ten villages in the Northeast of the Mimi Hadjer canton and some lexical differences between the two cantons. However, according to our informants, these differences are minimal and do not hinder communication. The language is being used in all domains of everyday life in the villages, whereas it is being replaced by Arabic in more urban settings such as Biltine and Abéché.Chadian Arabic plays an important role in interethnic communication. 50% of the interviewed individuals indicated a high level of proficiency in Chadian Arabic (level 4 or 5 of the Foreign Service Institute Scale, level 5 being that of a native speaker). But there are also monolingual Amdang with a very low level of Chadian Arabic. For literacy programs our informants expressed a preference for Chadian Arabic in Arabic script. However, many also want to learn French. In the appendix there are maps of the region, wordlists and questionnaire samples.


(French) Du 22 novembre au 13 décembre 2004 l’Association SIL Tchad a mené une enquête sociolinguistique parmi les Amdang (Mimi) dans le département de Biltine, dans le Nord- Est du Tchad. La recherche a été effectuée avec l’accord du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique1 et en collaboration avec la DPLN (Direction de Promotion des Langues Nationales).

Les chercheurs se posaient les questions suivantes :

  • Parmi les Mimi, y a-t-il des groupes distincts ?
  • Quelles sont les relations avec les ethnies voisines ?
  • Est-ce que la langue est homogène ou y a-t-il des variantes ?
  • Quelle est la vitalité de ces parlers ?
  • Quel est le niveau des locuteurs amdang en arabe tchadien et en d’autres langues ?
  • Quelle est l’attitude envers un projet d’alphabétisation et la langue préférée pour un tel projet ?

Dans cette intention, les chercheurs ont mené des interviews avec des groupes et des individus dans des villages représentatifs. De plus, ils ont établi et analysé des listes de mots. Les Mimi s’appellent eux-mêmes Amdang. Leur emplacement traditionnel se trouve au Tchad dans les cantons de Mimi Goz et de Mimi Hadjer, Sous-Préfecture de Biltine, Département de Biltine, dans la Région de Ouadi Fira. D’autres villages amdang sont situés dans les environs d’Abéché, de Goz Beïda et d’Adré, dans la Région de Batha et au Soudan. Il y a aussi des communautés importantes de Mimi à Abéché et à N’Djaména.

Dans la littérature on trouve la notion des Mimi de la plaine et des Mimi des montagnes. Lors de nos recherches nous n’avons pas pu constater de différences importantes ou de distinctions entre les Amdang. Les Amdang considèrent comme frères surtout les Maba, mais aussi leurs autres voisins tels que les Abou Charib, les Arabes, les Daza, les Tama et les Zaghawa. Il y a des liens de mariage entre eux et « on travaille et vit ensemble ».

La langue amdang est homogène, avec quelques nuances de prononciation dans une dizaine de villages dans le nord- est du canton de Mimi Hadjer, et quelques différences lexicales entre les parlers des cantons de Mimi Goz et de Mimi Hadjer. Pourtant, nos interlocuteurs les considèrent comme des différences minimes, qui n’empêchent pas la bonne compréhension dès le plus jeune âge. L’amdang est vivant, bien que, parmi les Amdang à Biltine et à Abéché, son emploi diminue au profit de l’arabe tchadien à cause des circonstances de vie différentes.

L’arabe tchadien joue un rôle seulement dans la communication interethnique. Dans la plupart des séances d'interviews, 50 % des Amdang interviewés ont indiqué un niveau 1 Autorisation de Recherche N° 027/MESRSFP/SG/DRST/2003 élevé de compétence en arabe tchadien (4 ou 5 sur l’échelon FSI (Foreign Service Institute)), mais il y a toujours des individus monolingues avec un niveau bas d’arabe tchadien.

Pour l’alphabétisation, nos interlocuteurs préfèrent l’arabe tchadien en écriture arabe. Pourtant, beaucoup d'entre eux veulent aussi apprendre le français et l’écriture romaine.

Des cartes de la région, des listes de mots et des modèles de questionnaires utilisés sont inclus en annexe.

  Une enquête sociolinguistique parmi les Amdang (Mimi) du Tchad: rapport technique
Published  2010
Language  Amdang [amj]
Country  Chad
Subjects  Language surveys
Sociolinguistics
Keywords  Mimi; Language surveys; Sociolinguistics